Qu'en est-t 'il vraiment des tests sur les animaux pour les cosmétiques ?

Vous le savez, chez Skinkoree la cause animale nous touche beaucoup et nous tient à cœur. Nous sommes fermement contre les tests sur les animaux à des fins esthétiques et nous privilégions des marques éthiques qui ont refusé les tests sur les animaux. Aucun animal ne devrait avoir à souffrir ou à mourir pour notre beauté. Mais qu'en est-il vraiment à l'heure actuelle ?

1. Qu'en est-il de l'interdiction des tests sur les animaux ?

En 2013, entrait en vigueur l’interdiction des essais sur les animaux et de la vente de produits cosmétiques testés sur les animaux en Europe.

En 2014 cependant, la Commission européenne et l’Agence européenne des produits chimiques (ECHA) ont publié un communiqué commun indiquant qu’elles continuent d’exiger que les substances chimiques soumises à la loi REACH (Registration, Evaluation, Autorisation and Restriction of Chemicals) utilisées exclusivement dans les produits cosmétiques et auxquelles les employés des chaînes de fabrication pourraient être exposés soient testés sur les animaux. Certains ingrédients sont donc toujours testés sur les animaux.

En Corée du Sud, la loi interdit les tests sur les ingrédients et les cosmétiques depuis 2018.

Malgré ces interdictions, cela ne signifie pas que toutes les marques françaises, européennes ou coréennes sont forcément Cruelty-Free pour autant. En effet, jusqu’à présent, toute marque de cosmétiques souhaitant vendre en Chine doit consentir et payer pour faire tester ses cosmétiques sur des animaux. Cette obligation ne concerne cependant pas la vente en ligne. Chaque marque a donc le choix de vendre en ligne uniquement ou de vendre physiquement sachant ce que cela implique.

Une marque peut donc se dire Cruelty-Free, contre les tests sur les animaux ou préciser ne pas les pratiquer elle-même bien qu'elle aura consenti et payer pour ces tests sur les animaux. Les marques jouent malheureusement bien souvent sur les mots pour ne pas dire clairement les choses.

À notre sens, être Cruelty-Free signifie que les produits, les ingrédients et les formulations d'une marque ne sont pas testés sur les animaux par l'entreprise elle-même, ni par ses fournisseurs ni par des tiers, partout dans le monde.

Mise à jour 2021 : des nouveaux changements apportés aux lois chinoises sur l'expérimentation animale obligent les marques à franchir des obstacles avant de pouvoir être exemptées et d'éviter les exigences en matière d'expérimentation animale de la Chine. Il n'y a pas encore de nouvelles d'une marque qui a été approuvée pour exporter et vendre en Chine sans expérimentation animale en avril 2021. Retrouvez également plus d'informations dans notre article précédent : https://skinkoree.com/blogs/la-cosmetique-coreenne/chine-quen-est-il-concernant-les-tests-sur-les-animaux-dans-lindustrie-cosmetique

2. Comment se déroulent les tests sur les animaux pour les cosmétiques ?

Les lapins et les rongeurs sont les animaux le plus souvent utilisés. Mais il peut arriver que des chiens, des singes ou des chats soient utilisés.

Les cosmétiques sont testés à chaque étape de leur fabrication, cela concerne aussi bien le produit fini que les ingrédients. Il s’agit essentiellement de tests d’irritation cutanée, d’innocuité et de toxicité. Le but consiste à vérifier si un produit peut se révéler toxique ou irritant si nous l'utilisons. Pour se faire, une dose concentrée du produit ou de l’ingrédient testé est utilisé sur un grand nombre d’animaux.

Par exemple, pour tester une crème, une dose concentrée est appliquée sur la peau rasée de l'animal, qu'on va laisser agir pendant plusieurs jours. Si un cosmétique risque d’entrer en contact avec nos yeux, le test consiste alors à appliquer la dose concentrée directement dans les yeux des animaux, et ce, sans anesthésie locale. Le lapin est souvent employé car il ne sécrète pas de larmes, il ne peut donc pas expulser le produit de son œil.

Ces pratiques cruelles infligent des blessures et des traumatismes aux cobayes, de l’irritation de l’œil à la perforation du globe oculaire. Les animaux qui survivent à ces expériences à répétition, seront généralement tués par la suite.

Un autre test qui avait été imposé consistait à faire ingérer de force des concentrations élevées à des rates ou des lapines en gestation avant de les disséquer, elles et leur fœtus. A ce jour, nous ne savons pas si cette pratique est encore d'actualité.

Tests

Tests

3. Quelles sont les alternatives ?

Des alternatives tout aussi efficaces et même dans certains plus précises existent déjà depuis plusieurs années :

  • L’utilisation de tissus et de cellules cultivés en laboratoire.
  • Le recours à des tests in vitro, qui permettent de distinguer les ingrédients toxiques de ceux qui ne le sont pas, grâce à des modèles basés sur les cellules humaines et la culture cellulaire.
  • Le développement de la peau artificielle.

4. Que peut-on faire pour la cause animale ?

Nous pouvons agir et refuser l'exploitation des animaux en s'informant, en suivant les associations qui luttent contre l'exploitation des animaux, en signant des pétitions et en privilégiant des marques éthiques dont les produits, les ingrédients et les formulations ne sont pas testés sur les animaux par l'entreprise elle-même, ni par ses fournisseurs ni par des tiers, partout dans le monde. Vous pouvez notamment retrouver une liste non exhaustive de marques dont les produits sont testés sur les animaux ici : https://ethicalelephant.com/brands-that-test-on-animals/

Retrouvez également plus d'informations concernant les tests obligatoires en Chine dans notre article précédent : https://skinkoree.com/blogs/la-cosmetique-coreenne/chine-quen-est-il-concernant-les-tests-sur-les-animaux-dans-lindustrie-cosmetique

Sources : ethical bunny
https://www.spca.com/