Ces ingrédients cosmétiques controversés et leur impact sur l'environnement & les êtres vivants

De plus en plus conscients des enjeux écologiques et environnementales, nous nous sommes récemment penchés sur l’impact des ingrédients cosmétiques. Au fil de nos recherches, nous avons pu constater les conséquences de l'accumulation de certaines substances cosmétiques sur l'environnement mais également sur les êtres vivants. Nous avons ainsi décidé d'exclure ou de limiter certains ingrédients dans le choix des soins que nous vous proposons, dont les études montrent un impact environnemental préoccupant, souhaitant proposer des soins bénéfiques pour les personnes, vous, sans cruauté pour les animaux mais également plus respectueux de l’environnement, tout étant finalement lié. Voici donc un résumé de ce que nous avons pu apprendre au fil de nos recherches.

Des ingrédients cosmétiques controversés

De nombreux composants couramment utilisés sont aujourd'hui remis en cause par une partie de la communauté scientifique notamment en raison de leurs effets cumulatifs et cocktails, cette accumulation pouvant multiplier leurs effets. La présence répétée de certains ingrédients dans l'ensemble des produits que nous utilisons quotidiennement empêche de maitriser la dose de notre exposition globale et de celle de l'environnement.

- PEG (PolyEthylène Glycol) & PPG

Les PEG sont obtenus à partir d'oxyde éthylène, un gaz hautement toxique et cancérigène, lors du processus d'éthoxylation, un processus de fabrication dangereux et très polluant qui demande des mesures de sécurité extrêmement importantes. Ce processus de fabrication entraînent des contaminants toxiques et cancérigènes, tels que l'oxyde d'éthylène, le 1,4-dioxane ou encore des métaux lourds.

Cependant, la teneur résiduelle étant réglementée, ces impuretés doivent être éliminées avant d'être mélangées dans les formulations cosmétiques. Il ne reste donc normalement pas de contaminants après transformation. La plupart des scientifiques et les autorités sanitaires assurent donc que les PEG ne présentent pas en eux-mêmes de réel danger pour la santé. La plupart sont bien tolérés par la peau. Les taux utilisés sont faibles et étudiés pour ne pas provoquer d'allergies ou de réactions cutanées sur peaux saines. On les déconseille cependant sur des peaux abîmées. 

C'est donc principalement pour des raisons écologiques que nous avons décidé de limiter la présence des PEG et de leurs dérivés. En effet, leur procédé de fabrication est l'un des plus polluants de la cosmétique pour l’environnement, et ils s’avèrent d’autre part assez difficilement biodégradables, nous préférons donc les exclure autant que possible. Les conséquences de la pollution sont variées : dérèglement climatique, perturbation de la faune, altération des végétaux et de la biodiversité, contamination des sols et de l'eau, pathologies sur la santé humaine.

Sources :

https://www.doctissimo.fr/beaute/ingredients-cosmetiques/peg
http://www.safecosmetics.org/get-the-facts/chemicals-of-concern/ethoxylated-ingredients/
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4505343/
https://cosmeticobs.com/fr/articles/lexique-cosmetique-5/peg-640

- Silicones

Outre le fait qu'ils n'apportent rien à la peau, les silicones ont des conséquences nocives sur l'environnement. Polluants et peu biodégradables, ils se déversent dans les océans lors de nos lavages et peuvent mettre plusieurs siècles avant de disparaître. En effet, une fois rincés, ils gagnent les canalisations avant d’arriver dans les stations d’épuration. Mais ces particules sont si infimes qu’elles ne sont pas ou peu filtrées et finissent donc leur course dans l’Océan. 

Ce qui pose problème, c'est la bioaccumulation, la capacité des animaux et des végétaux à absorber des substances chimiques. Ces substances chimiques sont toxiques pour les organismes aquatiques qui les ingèrent, notamment la famille des cyclométhicones. Les silicones ont la particularité d’être très stables, ce qui signifie qu’elles mettent beaucoup de temps à se désintégrer, engendrant de très nombreux dérèglements des écosystèmes.

Par ailleurs certains silicones sont considérés comme perturbateurs endocriniens et potentiellement cancérogènes. Il s'agit de la famille des cyclométhicones (Cyclomethicone, Cyclotrisiloxane, Cyclotetrasiloxane, Cyclopentasiloxane, Cyclohexasiloxane, Cycloheptasiloxane...). En effet, ils sont listés dans les composés cancérogènes, mutagènes ou reprotoxiques en catégorie 2 des substances suspectées d'être toxiques pour la reproduction humaine.

Si leur de niveau de toxicité varie d'une forme à l'autre, il n'en reste pas moins que les silicones sont une source de pollution. Produits et consommés à grande échelle, leur accumulation constitue une menace pour l'environnement.

Sources :

https://cosmeticobs.com/fr/articles/lingredient-du-mois-10/les-silicones-84
https://www.cosmopolitan.fr/les-silicones-contenus-dans-les-cosmetiques-sont-ils-dangereux,2022782.asp
https://surfrider.eu/sinformer/blog/les-microplastiques-pollution-invisible-ocean-121416201748.html

- EDTA

Le disodium EDTA est un ingrédient couramment utilisé dans l'industrie cosmétique. C’est avant tout pour des raisons environnementales et écologiques que nous avons décidé de l'exclure totalement des soins nettoyants et de le limiter dans les autres catégories de soins cosmétiques.

L'EDTA et ses principaux sels (Disodium EDTA, Tetrasodium EDTA, Trisodium EDTA) est un chélateur dont la propriété principale est de "neutraliser" les ions pouvant altérer la qualité des produits cosmétiques. En médecine, il est utilisé pour lutter contre les intoxications aux métaux lourds.

Peu biodégradable, les stations d'épuration ne le retiennent pas et le laissent fuir dans les rivières. De même, les filtres à charbon ne permettent pas de l'arrêter. Son accumulation pose problème car beaucoup de produits qui en contiennent sont rejetés dans les eaux usées sans possibilité de traitement, "contaminant" ainsi les cours d’eau, les nappes phréatiques et perturbant l’équilibre biologique de ces milieux. L'EDTA est considéré nocif pour la nature.

Par ailleurs, le processus de chélation augmenterait la porosité de la peau, entraînant donc plus de pénétration cutanée pour les autres composants, dont les ingrédients indésirables qui pourraient être présents dans la formule (PEG, Phenoxyethanol, substances toxiques, conservateurs, etc.). Les EDTA peuvent donc favoriser le passage d'autres substances à travers la barrière cutanée. Certaines substances réputées non toxiques car faiblement absorbées, une augmentation de leur absorption cutanée pourrait augmenter leur toxicité. Par prudence, il convient cependant de ne pas le mettre en contact avec les muqueuses, les plaies et les zones où la peau est abîmée. Certains déconseillent également l’usage de soins contenant de l'EDTA pour les enfants ou les bébés en raison de leur peau plus poreuse.

Sources :

https://incibeauty.com/ingredients/14861-disodium-edta
https://ynatural.com.au/ingredients-to-avoid/ingredient-avoid-disodium-edta/

- Phenoxyethanol

Nous n'avions jusqu'à présent proposer qu'un seul produit contenant du Phenoxyethanol, il s'agissait du masque à rincer à l'armoise I'm From que nous avons décidé de pas reconduire en raison de la présence de Disodium Edta.

Tous comme les PEG, le Phenoxyethanol est également produit par éthoxylation, un procédé chimique très polluant. Par ailleurs, c'est un conservateur synthétique très utilisé en cosmétique et de plus en plus controversé. L'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé recommande notamment que ce conservateur ne soit pas utilisé dans les produits cosmétiques destinés au siège des bébés et que sa teneur maximale soit fixée à 0,4% pour les autres produits destinés aux enfants de moins de 3 ans. Elle dénonce également une toxicité pour le foie et des effets potentiellement néfastes sur la reproduction ainsi que d'autres désagréments.

Bien que d'après la Directrice des Affaires Scientifiques et Réglementaires de la FEBEA (Fédération des entreprises de la beauté), le Phenoxyethanol limité à une concentration maximale de 1% dans une formule est un ingrédient sûr dans les produits cosmétiques pour tous les âges, nous préférons l'exclure par précaution, afin d'éviter les éventuels effets d'une cumulation lors de l'utilisation de plusieurs soins contenant du Phenoxyethanol en même temps.

Sources :

https://incibeauty.com/ingredients/19762-phenoxyethanol
https://www.beaute-test.com/mag/article-doit-on-craindre-phenoxyethanol-.php
https://www.febea.fr/fr/baseingredient/phenoxyethanol

- Et concernant les polymères acrylates ?

Les polymères acrylates semblent encore peu étudiés. Nous avons principalement effectué des recherches au sujet du polymère acrylate Acrylates/C10-30 Alkyl Acrylate Crosspolymer.

Il s'agit d'un ingrédient synthétique utilisé pour améliorer la texture et le toucher des formulations de soins de la peau et cosmétiques. Il est principalement utilisé comme agent épaississant, exhausteur de texture, agent filmogène et émulsifiant dans les cosmétiques et les produits de soin de la peau.

Les acrylates sont des polymères synthétiques à base d'acide acrylique. Des unités supplémentaires - par exemple l'acide méthacrylique ou l'un de ses esters simples - forment des copolymères. Si ceux-ci sont également réticulés structurellement, des crosspolymères sont formés. Malgré leur solubilité dans l'eau, les composés acrylates sont considérés comme non biodégradables ou peu biodégradable (même si les parties non acryliques des copolymères peuvent être dégradées). En outre, ces polymères liquides peuvent attirer les polluants environnementaux, facilitant le transport de polluants dans les organismes avec des conséquences inconnues.

Nous avons cependant trouvé quelques informations en plus via cette lettre écrite en juillet 2018 par l'entreprise Lubrizol concernant sa branche de cosmétiques suite à plusieurs demandes de la part des clients concernant les polymères acrylates, à savoir si ils pouvaient présenter des risques nocifs pour l'environnement et si leur utilisation devait être évitée par mesure de précaution. Voici leur réponse :

" Les polymères acrylates sont différents des plastiques de manière fondamentale, y compris les fonctions qu'ils remplissent dans les produits de soins personnels. En outre, la récente évaluation globale des risques montre que les polymères d'acrylate sont en grande partie capturés dans le traitement des eaux usées, ne sont pas toxiques et ne se bioaccumulent pas tout au long de la chaîne alimentaire. Chacun de ces facteurs étaye la conclusion selon laquelle l'utilisation de polymères d'acrylate dans les produits de soins personnels ne présente pas de risque nocif pour l'environnement. De plus, ils sont utilisés à des niveaux très bas, représentant généralement entre 0,5 et 3,0% des soins personnels finis. Leur fonctionnalité exige qu'ils ne conservent pas une forme distincte et qu'ils soient constitués à plus de 90% d'eau dans un produit fini.

(...)

Les polymères acrylates ne présentent aucun risque nocif pour l'environnement : Lubrizol a réalisé une évaluation complète des risques dans des conditions d'utilisation réalistes (en appliquant les hypothèses) pour évaluer le risque environnemental potentiel lié à l'utilisation d'ingrédients polymères d'acrylate dans les produits de soins personnels finis. L'évaluation des risques a montré que les polymères d'acrylate sont effectivement capturés par les systèmes de traitement des eaux usées, réduisant ainsi les concentrations de polymère dans l'eau d'effluents à des niveaux qui n'auraient pas d'impact négatif sur l’environnement. De plus, la littérature disponible classe systématiquement les polymères acrylates comme non toxiques et non bioaccumulables. En d'autres termes, les chances que les polymères acrylates atteignent un jour le milieu marin sont très faibles et, même si elles le faisaient, elles ne causeraient aucun dommage. Ainsi, l'évaluation des risques conclut à juste titre que l'utilisation de polymères d'acrylate dans les produits finis de soins personnels ne présente aucun risque nocif pour l'environnement. Lubrizol vous invite à nous contacter pour discuter des spécificités des tests expérimentaux et de l'évaluation des risques environnementaux de nos ingrédients polymères acrylate dans les produits de soins personnels finis.  Nous sommes impatients de partager des informations et des données supplémentaires avec vous. Très bien à vous, Elizabeth A. Gove."

Concernant la santé, le groupe d'experts de la revue des ingrédients cosmétiques (CIR), un groupe chargé d'évaluer l'innocuité des produits de soin de la peau et des ingrédients cosmétiques, a évalué l'innocuité de 23 acrylates d'alkyle réticulés utilisés dans les cosmétiques, y compris les acrylates / acrylates d'acrylate d'alkyle en C10-30. Le groupe d'experts a examiné les données disponibles et a déterminé que cet ingrédient était sans danger pour ses utilisations approuvées. Dans l'évaluation de la sécurité du CIR, de nombreuses études ont examiné les effets du crosspolymère acrylates / acrylate d'alkyle en C10-30 à des concentrations aussi élevées que 30%. Aucune de ces études n'a indiqué de niveau d'irritation. Par ailleurs, le groupe d'experts a noté que les acrylates ne devraient pas être polymérisés dans le benzène. En effet, le benzène est hautement cancérigène, toxique, dangereux pour l'environnement et irritant. Il est recommandé que la teneur totale en benzène ne dépasse pas 0,5% du poids d’un produit. Ceci est réglementé dans le processus de fabrication.

D'après les différentes informations trouvées, les polymères acrylates ne semblent pas être toxiques, bien que nous pensons qu'il vaut tout de même mieux limiter la quantité. Nous n'exclurons donc pas cet ingrédient mais nous limiterons sa présence.

Sources :

https://www.lubrizol.com/-/media/Lubrizol/Personal-and-Home-Care/Documents/Acrylate-Polymers-vs-Plastics---Letter-to-Customers.pdf
https://thedermreview.com/acrylates-c10-30-alkyl-acrylate-crosspolymer/
https://laveritesurlescosmetiques.com/composants/fiche-composant.php?rech=Acrylates/C10-30-Alkyl-Acrylate-Crosspolymer~32
https://codecheck-app.com/wp-content/uploads/2020/01/The-Invisible-Danger-Hidden-Polymers-in-Cosmetic-Products-CodeCheck-Report-2020.pdf

Conclusion

Conscients qu'il n'y ait pas d'impact zéro, nous pouvons le limiter en éliminant ou en diminuant notamment les ingrédients cosmétiques les plus polluants. Nous pensons que ce sont nos petits gestes quotidiens à tous qui peuvent changer le cours des choses et réduire l'effet cumulatif. Nous continuerons de faire de notre mieux pour vous proposer des soins éthiques et écologiques bénéfiques pour tous ❣